dimanche 25 avril 2010

Et si moi aussi, je virais antisémite ?

par Alain Legaret

Je suis en train de me demander si moi aussi, je ne vais pas virer antisémite. A bien y réfléchir, ça présente pas mal d’avantages…

D’abord, parce que j’aurai plein de copains. J’aurai des copains blancs, des copains noirs, des copains arabes, et même des copains juifs ! Oui, oui, des copains juifs.
Il y en a même qui prétendent que c’est pour aider Israël. Et vous savez quoi, ça marche !!

J’aurai des copains journalistes, des copains pacifistes, des copains cinéastes, des copains philosophes, des copains artistes, j’aurai même des copains haut placés dans la politique.

Bon, c’est sûr qu’avec tous ces copains, il va falloir composer. Par exemple, à chaque fois que je ferai une bouffe, il faudra penser à inviter un Arabe, histoire qu’on ne me confonde pas avec un vulgaire raciste.

Ensuite, il me faudra prendre de nouvelles habitudes. Par exemple, lorsque mes amis diront « ouais, tu as vu encore ces Juiiiiiiiiiiiiiiiiiiisraéliens… », je devrais immédiatement écarquiller les yeux en fronçant les sourcils (essayez, c’est pas facile) en disant «ouais, ouais…oh purée…oh les salauds quand même!»

Vaut mieux ça que de passer pour un sioniste et risquer de se faire refaire le portrait, non ? Préserver ma belle p’tite gueule vaut bien quelques petits accommodements après tout ?

Et puis aussi, l’énorme avantage à être antisémite, c’est que les Juifs, ils sont quand même beaucoup moins nombreux…..
Ca fait d’une pierre d’Intifada, deux coups : moins d’ennemis, et plus d’amis.
Et en plus, si j’ai des choses à vendre, en tapant sur les Juifs publiquement, j’agrandis automatiquement ma clientèle. C’est du marketing en quelque sorte.

Par conséquent, il vaut mieux se positionner contre eux, parce que statistiquement aussi, on court moins de risques. Surtout à quinze contre un.

Et puis il y a un autre avantage, c’est celui de pouvoir faire pression sur eux sans crainte.
On peut, par exemple, leur faire la morale, ou encore les insulter. C’est vraiment plus cool d’insulter un juif plutôt qu’un autre. D’abord parce les Juifs, on les a eus à l’usure :-) : ils sont tellement blasés qu’ils se défendent moins.
Et aussi parce que si tu les insultes, ils vont simplement te répondre en haussant la voix ou en se lamentant la tête contre un mur, et au pire, ils vont saisir l’occasion de faire gagner de l’argent à leur copain avocat en te traînant devant les tribunaux. Ca n’ira généralement pas beaucoup plus loin.

Par contre ceux d’en face, si tu les insultes, fais attention à toi ! Ils ne connaissent pas les tribunaux. Du moins, pas en tant que plaignants.

Eux, si tu dis juste un mot de travers, du genre « désolé, je n’ai pas de cigarette, je ne fume pas », ils vont te mettre direct une raclée que dans les journaux, ils réussiront à caser sur ton avis de décès que c’est de ta faute et que tu l’as bien cherché.

Demande aux Israéliens, ils connaissent bien le problème…

Etre contre Israël, même avec les filles, ça présente d’énormes avantages. On peut les impressionner en leur contant nos aventures de la manif’ tout en sirotant du champagne assis dans un fauteuil alcantara. On relate les dangers auxquels notre groupe a échappé quand on a déjoué l’embuscade d’un sioniste qui nous regardait défiler, le fourbe, dissimulé derrière la vitrine de la boulangerie. On passe pour des héros révolutionnaires, pour la réincarnation du Ché, pour les Zorros du Moyen-Orient défendant les opprimés. Elles en raffolent, les guêpes.

Bon, mis à part les actes de bravoure inhérents à l’antisémite auxquels il faudra bien s’habituer, il y a aussi le caractère personnel des Juifs qu’il faudra dénoncer. Oui, car moi je trouve que les Juifs sont quand même très égoïstes.

C’est vrai qu’ils ont beaucoup contribué à chercher des solutions pour notre monde puisqu’ils étaient nombreux à promouvoir le marxisme, le trotskisme, le socialisme, le communisme et même le capitalisme. Mais on voit très bien que ces régimes là ne tiennent pas la route ! Ils s’effondrent tous les uns après les autres !

C’est quoi alors, leur secret de longévité ? Celui qui leur a permis de traverser les siècles, celui qui les a fait survivre aux Pharaons, aux Babyloniens, aux Romains, aux Grecs, aux Perses, aux Pogroms, a l’Inquisition, au nazisme et à l’antisiomitisme généralisé?! (Est-ce encore de la science-fiction ?).

Quand tu leur demandes leur secret, ils te répondent inlassablement: t’auras, t’auras !! Des promesses qui ne sont jamais suivies d’effet.
C’est bien la preuve qu’ils ne veulent pas partager !! Ou alors oui, si tu deviens Juif.
Et là, c’est encore une autre paire de manches.

En effet, devenir chrétien, ce n’est pas trop compliqué : une petite cérémonie autour d’un bassin et à toi les paters et les avés.

Pour devenir musulman, il n’y a pas de problème non plus. Sauf parfois, si tu veux te rétracter.

Par contre, si tu veux devenir juif, tu te retrouves face à d’inquiétants barbus en kippas qui te regardent bizarrement et te faisant signe de t’en retourner, persuadés d’avoir affaire à un masochiste ou à un fou. C’est bien la preuve qu’ils ne veulent pas partager!!

Et c’est vrai que ça défoule de dire du mal des Juifs, surtout que l’on peut dire ce qu’on veut.
Plus c’est gros, plus ça plait. Plus on invente, plus c’est repris et amplifié. D’ailleurs, si on y a pensé, c’est forcement que ça peut être vrai, n’est-ce pas ?
Comme on dit chez nous : Tout passe, tout lasse, sauf ce qui est vraiment dégueulasse !

Regarde, il y a deux mille ans, on a accusé les Juifs d’avoir tué le petit Jésus, ça a fait un tabac. Aujourd’hui, on accuse les Israéliens d’avoir tué le petit Mohamed et ça fait de nouveau un succès planétaire !

Trop cool !

Voilà pour les faits, et pourtant.

Pourtant, je n’ai pas encore pris ma décision définitive pour devenir antisémite malgré tous les avantages que cela présente.

J’hésite car il y a quand même un ou deux points qui me dérangent dans cette démarche. Parce que d’abord, j’aurai beaucoup de mal à dire Israélien ou sioniste quand j’aurai trop envie de dire Juif.

Mort aux sionistes ! Mort aux israéliens ! Ca ne sonne pas un peu faux, non ?
Ca serait tellement plus sympa de pouvoir lancer un bon « Mort aux.......!» comme à la belle époque.
Enfin, heureusement qu’entre nous, on se comprend.
Et puis croyez moi, au train où vont les choses, le temps nous libérera très vite de cette contrainte.

L’autre point qui me pose problème, c’est celui de ma conscience.
Parce qu’au fond de moi, je sens pertinemment que…
Mais bon, l’enjeu n’en vaut-il pas la chandelle ?
Et puis, le fait de faire partie de la majorité n’est-elle pas une raison suffisante pour faire pencher la morale de notre coté ?
Je suis sûr qu’on trouvera mille façons de s’en accommoder. L’homme possède un instinct de survie qui lui autorise les pires saloperies.

Car vraiment, c’est tellement plus pratique de haïr Israël.

Et c’est si simple.
Il suffit de faire comme les autres.
Il suffit de se persuader que la majorité a toujours raison et d’en faire partie.
Il suffit de fermer les yeux et d’avoir les oreilles sélectives pour se convaincre qu’on est dans le vrai.

Dans la masse on se sent tellement plus fort.
Dans la meute on se sent tellement plus en sécurité.

Et tant pis pour les sionistes ! Enfin, on se comprend, n’est-ce pas ?



jeudi 15 avril 2010

Une famille en or

par Alain Legaret

Il y a des endroits où on a le sens de la famille.
Il y a des endroits où on adore s'éclater en faisant profiter le plus de gens au feu d'artifice.
Il y a des endroits où quand on crie « les femmes et les enfants d’abord », c’est pour mieux se cacher derrière.
Il y a des endroits où on adore jouer avec les enfants, où on leur enseigne très tôt à se mouiller pour les parents.

Il y a des endroits où quoi que l’on fasse de dégueulasse, on n’a qu’à dire que c’est la faute des autres pour que le monde le croit…et le répète.

Voilà une petite vidéo montrant les joies simples d’une famille de ces endroits là.

video

Après les bombes humaines et les boucliers humains, voici donc les jouets humains.
Dans ces endroits là, on n'arrête pas le progrès.

Si un jour on fait la paix, sera-t-on vraiment obligé de leur serrer la main ?


lundi 12 avril 2010

Club Med : la gangrène progresse encore en Europe

par Alain Legaret

Je ne saurais trop vous inviter à lire l’excellent article de Pierre Lefebvre intitulé "Club Med : tous les bonheurs du monde" publié le 9 avril dernier sur le site de Primo, dans lequel il dénonce la discrimination à laquelle se livre le célèbre voyagiste envers les clients qui ont «osé» visiter Israël.

Ce qui est encore plus sidérant, c’est la réponse du directeur de communication du Club Med qui est malheureusement, assez révélatrice de l’état actuel dans lequel se trouvent la France et l’Europe et qui contamine tout le monde occidental.

A force de tolérer l’intolérable et de fréquenter l’infréquentable, on ne se rend même plus compte à quel point on est devenu abject.

Car c’est avec la plus grande sincérité et en toute bonne foi que Monsieur Thierry Orsoni donne des explications…...qui glacent le sang.

Il cite la brochure du voyagiste qui explique que : « Les autorités libanaises n’admettent ni sur leur territoire, ni à bord du Club Med 2, de ressortissants détenteurs d’un passeport avec visa ou tampon israélien. En cas de non respect de ces formalités douanières, relevant de la responsabilité du ressortissant, celui-ci se verra refuser l’accès au bateau le jour de l’embarquement le 16 septembre à Bodrum, et supportera tous les frais en résultant. »

Et il complète en précisant « que le Club Med n’est pas à l’initiative de telles mesures. »

En d’autres termes, Le Club Med ne fait que répercuter les consignes, il ne fait qu’obéir aux ordres.

C’est tout simplement édifiant d’entendre de nos jours, de tels propos dits avec autant de naturel.

Alors que la télévision française a récemment consacré une soirée à l‘expérience de Milgram dans laquelle on analyse le processus de soumission et d’obéissance à l’autorité, on se demande jusqu’où auraient été les responsables du Club Med s’ils avaient été soumis au test.

Apparemment, avoir à trier les Juifs et leurs amis ne leur a pas posé de problème de conscience.

Et si le gouvernement libanais leur avait demandé de dénoncer les détenteurs de tampons israéliens présents sur le bateau, se seraient-ils exécutés ?

Et s'ils avaient poussé encore le bouchon jusqu’à leur demander de signaler par une étoile jaune les cabines occupées par les Juifs et leurs amis, auraient-ils obéi ? Jusqu’où le Club Med est-il prêt à aller dans l’immonde ?

La brochure du célèbre voyagiste précise enfin : « Le Club Méditerranée n’encourra aucune responsabilité pour toute omission, faute ou négligence du ressortissant.»

En d’autres termes encore, si les Juifs et leurs amis ne se plient pas aux lois racistes du gouvernement libanais, ils en seront les seuls responsables.

Absolument abject.

J’ai essayé ce matin de joindre Monsieur Orsoni. Il m’a été répondu qu’il était absent, parti en séminaire pour deux jours.

Peut être que ces Gentils Collaborateurs sont-ils occupés à préparer un voyage en train pour les ressortissants qui ont un tampon juif sur leurs papiers d’identité ?

Aujourd’hui en Israël, on commémore yom aShoah, le jour du souvenir de l’épuration de six millions de Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

C’était il y a déjà plus de soixante ans mais l’actualité nous montre que ce n’est pas encore du passé.

________________________________________________________

DERNIERE MINUTE : Face à l’émotion suscitée, le Club Med a annoncé dans l'après-midi (après donc la publication de cette réaction parmi de nombreuses autres) qu’il annulait son escale libanaise, ce qui est tout à son honneur.

Le différend avec le Club Med est désormais clos mais l’affaire continue bel est bien, non plus avec le voyagiste, mais avec les instances dirigeantes de pays qui ont laissé s’installer et se développer des atmosphères nauséabondes de haine raciale et antisémite à tel point que des gens biens sous tous rapports peuvent être amenés en toute innocence à prêter leur concours à des entreprises répugnantes parce qu’elles sont dans l’air du temps. Cela rappelle de trop mauvais souvenirs.

J’invite aussi le Club Med à prendre part à ce combat puisque comme l’a rappelé son directeur de la communication « le Club Med a été pionnier dans le respect des cultures et continue aujourd’hui à œuvrer dans ce sens ».

Pour que justement, les mots ne restent pas vides de sens.

Reproduction des textes originaux autorisée avec le lien et la mention suivante: © copyright Le Monde à l'Endroit